Poème – imparfait

Si…

 

Si la sardine avait des ailes,

Si Gaston s’appelait Gisèle,

Si l’on pleurait lorsque l’on rit,

Si le pape habitait Paris,

Si l’on mourait avant de naître,

Si la porte était la fenêtre,

Si l’agneau dévorait le loup,

Si les Normands parlaient zoulou,

Si la mer Noire était la Manche

Et la mer Rouge la mer Blanche,

Si le monde était à l’envers,

Je marcherais les pieds en l’air,

Le jour je garderais la chambre,

Deux et un ne feraient plus trois…

Quel ennui ce monde à l’endroit!

Jean Luc Moreau (L’arbre perché)